Mines profondes : défis d'exploitation et impacts sur la récupération minéralurgique

 

Chercheur responsable

Marcel Laflamme, Université Laval

 

Domaine : ressources naturelles

Programme projet de recherche orientée en partenariat : développement durable du secteur minier (1er concours)

Concours 2013-2014

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 300 000 $

Partenaire financier

  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

Partenaires du projet

  • Iamgold Corporation
  • Agnico-Eagle Mines Limited
  • Eleonore Goldcorp Inc.

Équipe de recherche

  • Jocelyn Bouchard, Université Laval
  • René Del Villar, Université Laval
  • Marcel Laflamme, Université Laval
  • Jacek Paraszczak, Université Laval
  • Stefan Planeta, Université Laval

Objectifs

Le Québec présente un potentiel géologique d'envergure en grande profondeur (>2000 mètres) : deux mines profondes (Laronde et Westwood) sont en production, le projet Éléonore (Goldcorp) démarrera en 2014 et plusieurs autres mines profondes pourraient voir le jour dans les prochaines années. De nombreux défis attendent les ingénieurs qui doivent assurer la sécurité et la rentabilité économique de ces mines.

La plupart des mines profondes utilise une méthode de minage par « chambres vides et longs trous », caractérisée par de grandes ouvertures et, de ce fait, par une dilution opérationnelle importante. Or, les connaissances géologiques, d'ingénierie et économiques adéquates permettent d'établir le tonnage et la teneur moyenne des réserves minérales. Ces informations permettent ensuite d'estimer les investissements requis, les coûts de production et les revenus escomptés, définissant ainsi la rentabilité économique d'un projet minier. Paradoxalement, il existe très peu d'informations dans la littérature permettant de quantifier l'ampleur de la dilution et des pertes opérationnelles dans les mines profondes.

Le défi s'étend également à l'étape de traitement des minerais en surface. L'effet sur la réponse métallurgique de la variation de la teneur d'alimentation est considéré dans les études de faisabilité. L'analyse se limite cependant aux fluctuations planifiées et exemptes de remblai. La question de l'impact de la dilution supplémentaire et non planifiée demeure donc essentiellement ouverte.

Le futur de notre industrie minière étant axée sur le savoir et l'innovation, ce projet a pour objectif d'élaborer une base de connaissances en génie pour les mines profondes et ce, tant au niveau de l'exploitation minière que de la récupération minéralurgique ultérieure.

Résultats attendus

  • Développement d'une banque d'informations sur les méthodes et séquences de développement et minage dans les mines profondes.
  • Élaboration d'un guide pratique en conception et ingénierie minière pour les mines profondes.
  • Développement d'un protocole d'essais et de simulation.

Retombées escomptées

  • Développement de nouveaux standards pour l'ingénierie et l'exploitation des mines profondes.
  • Site Web public répertoriant les informations.
  • Évaluation de l'impact économique des écarts entre la composition des minerais (tout-venant) planifiés et exploités.
  • Identification de moyens pour mitiger l'impact des écarts entre la composition des minerais (tout-venant) planifiés et exploités.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.