Nouveaux développements en suivi par écoute microsismique

 

Chercheur responsable

Bernard Giroux, Institut national de la recherche scientifique

 

Domaine : techniques, mesures et systèmes

Programme projet de recherche orientée en partenariat : développement durable du secteur minier (2e concours)

Concours 2014-2015

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 210 250 $

Partenaire financier

  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

Partenaires du projet 

  • Géophysique GPR International

Équipe de recherche

  • Martin Côté, CANMET
  • Christian Dupuis, Université Laval
  • Bernard Giroux, Institut national de la recherche scientifique
  • Erwan Gloaguen, Institut national de la recherche scientifique
  • Claude Robillard, Géophysique GPR International

Objectifs

L'objectif général du projet est de développer des outils d'aide à la décision permettant d'assurer la sécurité du personnel et d'optimiser l'exploitation des mines souterraines, à partir du monitoring microsismique. Les outils devront fournir un résultat rapide, pour une prise de décision à une échelle quotidienne. Les objectifs spécifiques du projet sont de mettre au point 1) un algorithme de localisation des hypocentres tenant compte des changement de vitesse dans le massif rocheux et compatible avec les logiciels de modélisation géologique, 2) un algorithme de détection des évènements microsismiques de faible magnitude qui permettra de suivre avec plus de précision la sismicité induite, et 3) une méthode permettant d'estimer et de mettre à jour la variation spatiale de la broyabilité de la roche.

Résultats attendus

Les résultats attendus se matérialiseront sous forme de programmes informatiques qui permettront de détecter des évènements microsismiques de faible magnitude dans des environnements bruités, de localiser avec précision les évènements en tenant compte des variations de la vitesse dans le massif rocheux, et un module de calcul et de mise à jour du modèle de broyabilité. Ces développements permettront de mieux évaluer les risques associés à l'extraction minière en profondeur et de mieux planifier et gérer l'exploitation, réduisant ainsi les coûts. Ces programmes seront compatibles avec les logiciels utilisés par l'industrie. Deux étudiants auront complété leur diplôme et pourront accéder au marché du travail et permettre le transfert des développements et de l'expertise vers l'industrie.

Retombées escomptées

Par rapport à l'Ontario ou d'autres pays comme l'Australie ou l'Afrique du Sud, le Québec accuse un retard en ce qui a trait au suivi par écoute microsismique. Actuellement, relativement peu de mines québécoises comptent sur le monitoring microsismique pour planifier et gérer leurs opérations. Une des raisons est le manque de personnel qualifié pour interpréter les mesures microsismiques. Considérant le développement attendu de mines profondes au Québec, il est essentiel de rattraper le retard en ce domaine, ce que permettra le projet. La disponibilité de compagnies de services qualifiées en monitoring microsismique va permettre aux compagnies minières de profiter des avantages de la méthode et ainsi d'accroître leur compétitivité.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.