Productivité, ventilation et acidification de la mer du Labrador en réponse aux variations du climat et des concentrations du CO2 atmosphérique

 

Anne De Vernal

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : environnement

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2014-2015

Le projet concerne les instabilités et l'évolution de la mer du Labrador, un site de convection et de ventilation océanique, au cours d'épisodes allant de la dernière centaine d'années à des intervalles du passé récent (e.g., période chaude médiévale) et ancien tel le Pliocène, marqué par une pCO2 atmosphérique de ~ 400 ppmV.

À partir d'archives géologiques (coraux profonds et carottes de sédiment), on analysera la variabilité actuelle et "pré-industrielle" des paramètres intervenant dans la convection hivernale et la production de la Labrador Sea Water -LSW (masse d'eau intermédiaire atlantique), les changements de l'alcalinité et de la productivité primaire. L'équipe mettra en commun des expertises complémentaires pour retracer ces paramètres au-delà des relevés instrumentaux. Les méthodes retenues incluent l'analyse de traceurs biogéniques de la productivité (microfossiles, biomarqueurs), des approches géochimiques (Mg, Ba, Mg, Sr, U/ca) et isotopiques, pour ce qui concerne en particulier les coraux profonds et foraminifères (e.g. bore-11 vs. alcalinité; Nd vs production de la LSW).

Des missions à la mer et expéditions internationales récentes ont permis de recueillir l'essentiel du matériel requis. Par ailleurs, la nouvelle infrastructure en spectrométrie à source plasma du Geotop donne accès à toutes les analyses géochimiques requises. Le projet s'intègre dans de grands programmes nationaux et internationaux sur les changements de l'environnement marin et du climat dans les milieux arctiques et subarctiques (ArcTrain, VITALS, Green Edge) et l'ensemble du globe. Il permettra la formation de 3 MSc et 3 PhD et d'un stagiaire postdoctoral.