Étudiant-chercheur étoile Septembre 2012



Rajendhran Rajakumar

Étudiant au doctorat en biologie
Université McGill


Publication primée : Ancestral Developmental Potential Facilitates Parallel Evolution in Ants

Publiée dans : Science, Janvier 2012, Vol. 335 no. 6064 pp. 79-82
 

Résumé

« La spécialisation des fourmis ouvrières en un système de castes complexe a permis aux colonies d'évoluer vers des formes de plus en plus sophistiquées; toutefois, nous en savons peu sur les processus évolutifs à l'origine de ces sociétés et de leur évolution. Nous avons associé les manipulations hormonales, l'expression génétique et les analyses phylogénétiques aux observations sur le terrain afin de comprendre l'évolution des nouvelles sous-castes d'ouvrières. Nous avons découvert qu'il existe un potentiel évolutif ancestral permettant de produire une sous-caste de "supersoldates" qui s'est exprimé au moins à deux reprises chez les fourmis du genre Pheidole, qui regroupe des espèces extrêmement diversifiées. Toujours présent à l'état latent, ce potentiel peut être induit dans l'ensemble des fourmis du genre Pheidole par des facteurs environnementaux. La transmission et l'induction de ce potentiel ont ainsi permis l'évolution parallèle de supersoldates grâce à un processus nommé "accommodation génétique". L'induction récurrente du potentiel évolutif ancestral pourrait favoriser l'évolution adaptative et parallèle de phénotypes. »

Ces travaux pourraient avoir des implications pour la médecine et la conservation de la biodiversité. Par exemple, ces résultats nous incitent à étudier la portée de l'influence de l'environnement sur l'activation de gènes ancestraux inconnus qui pourraient causer des maladies comme le cancer. Par ailleurs, les changements climatiques (comme le réchauffement de la planète) peuvent-ils entraîner l'activation de traits ancestraux favorables ou défavorables à la survie d'une espèce? Pour l'instant, cette question demeure sans réponse.