Étudiante-chercheure étoile Décembre 2012



Andrea Greschner

Étudiant au doctorat en chimie
Université McGill


Publication primée : The Role of Organic Linkers in Directing DNA Self-Assembly and Significantly Stabilizing DNA Duplexes

Publiée dans : JACS, 8 août 2012
 

Résumé

« Pour créer des échafaudages moléculaires, les chimistes introduisent des molécules synthétiques dans le squelette de l'ADN. Cette méthode permet notamment de placer précisément des métaux le long des brins d'ADN. Cependant, on ne connaît pas l'impact de ces modifications sur la stabilité et l'auto-assemblage de structures d'ADN. Notre étude démontre que l'emploi de lieurs d'ADN couramment utilisés peut stabiliser des constructions d'ADN tel que démontré par des augmentations de leurs températures de dénaturation allant jusqu'à 10 °C. De plus, des modifications dans la rigidité du lieur permettent le ciblage sélectif d'assemblages d'ADN, même s'ils comportent des séquences d'ADN identiques. La combinaison de ces deux bénéfices permettra de créer des structures d'ADN plus recherchées sans avoir recours aux méthodes courantes de conception, plutôt complexes.

Dans le domaine des nanotechnologies, l'ADN est une matrice de prédilection pour organiser des nanomatériaux en formes et structures spécifiquement programmées. Les travaux d'Andrea Greschner amènent cette science à un autre niveau en proposant une méthode simple pour contrôler les comportements de stabilité et d'auto-assemblage de structures d'ADN. En effet, de petites molécules liant les brins d'ADN permettent la modification de températures de dénaturation sans devoir changer la séquence des brins d'ADN. Résultat : une structure d'ADN de plus grande qualité, plus simple à concevoir! Ainsi, il sera possible par exemple d'augmenter la stabilité des capteurs médicaux à base d'ADN pour identifier plus de maladies avec moins d'échantillons biologiques qu'avant.