La réponse et le rôle fonctionnel des arthropodes des débris ligneux grossiers et du sol en pessières après la coupe partielle



Objectifs

Ce projet concerne une évaluation extensive des effets des pratiques sylvicoles adaptées, incluant la coupe partielle, sur la biodiversité et les autres éléments d'écosystème en pessière dans la forêt boréale. Notre objectif principal est de comparer les effets de la coupe partielle avec les coupes plus intenses, comme la coupe avec protection de la régénération et des sols (CPRS), mais aussi avec une gamme des peuplements naturels qui démontre la succession forestière dans les pessières affectées par la paludification (un processus où un manque de productivité forestière successif accompagne une croissance intense de matériaux organiques avec le vieillissement du peuplement).

Résultats obtenus

Nous avons mesuré la réponse de 1) plusieurs groupes d'organismes qui occupent des rôles fonctionnels différents dans l'écosystème incluant les invertébrés, les champignons, les lichens, les plantes vasculaires et non vasculaires et les petits mammifères; 2) la mortalité, la régénération et la croissance des arbres et 3) les processus écosystémiques qui sont liés à la productivité et à la biodiversité comme le cycle de déposition et de décomposition du bois mort. Nous avons évalué la réponse de plus de 800 espèces incluant 7 espèces qui sont nouvelles à la science. En général, les coupes partielles avec un faible niveau de rétention (<15 %), comme les CPRS, sont insuffisantes pour maintenir des communautés trouvées dans des successions naturelles (300+ ans), alors que les coupes partielles avec un haut niveau de rétention (>66 %), si appliquées dans les peuplements jeunes, peuvent maintenir les communautés qui se retrouvent dans les vieilles forêts. Pour la plupart des organismes, les effets de la coupe partielle ont été moins sévères que les effets de la CPRS. Un faible niveau de rétention est associé à un taux élevé de décomposition du bois mort et à plus de mortalité et de chablis.

Pour plusieurs organismes comme les petits mammifères, les effets négatifs de la coupe peuvent être mitigés par le bois mort qui fournit un effet tampon. Bien que nous suggérions que les coupes partielles avec un faible niveau de rétention ont créé des communautés sans analogue naturel, il est aussi probable que les coupes partielles avec un faible niveau de rétention créent des communautés comparables avec les forêts anciennes qui ne sont pas présentes dans les peuplements non coupés que nous avons évalués. Nous continuons de vérifier les effets de la coupe partielle dans les jeunes peuplements et nous commencerons à évaluer des communautés dans des peuplements anciens qui ont plus de 500 ans.

Retombées actuelles et prévues

Avec cette information nous pouvons améliorer les approches sylvicoles pour mieux protéger la biodiversité et possiblement ré-établir des peuplements et leurs communautés qui représentent les caractéristiques des vieilles forêts.

Chercheur responsable

Timothy Work, UQAM

Équipe de recherche

  • Pierre Drapeau, UQAM
  • Yves Bergeron, UQAT
  • Louis Imbau, UQAT
  • David Paré, RNC

Durée

2008-2011

Montant

225 000 $

Partenaire financier

Ministère des Ressources naturelles et de la Faune

Appel de propositions

Aménagement et environnement forestiers - III (2e concours)