Routes du Nord en péril



Un danger menace les routes arctiques ! Les changements climatiques accentuent le dégel du pergélisol – ce sol qui est gelé en permanence – et causent d'importantes accumulations d'eau autour des infrastructures de transport.

Des remblais se dégradent, le sol s'affaisse, les routes et les pistes d'atterrissage gondolent.

Ce ruissellement en surface et souterrain transfère ensuite par convection une certaine chaleur au pergélisol sous-jacent. Résultat : des remblais se dégradent, le sol s'affaisse, les routes et les pistes d'atterrissage gondolent. Préoccupée par ce problème, Julie Malenfant-Lepage, doctorante en génie civil à l'Université Laval, tente de quantifier l'importance de cette chaleur qui est transférée par les flux d'eau afin d'améliorer les pratiques d'ingénierie et la conception de systèmes de drainage.

Grâce à une bourse de stage du Fonds de recherche du Québec – Nature et technologies, l'étudiante s'est envolée en 2014 vers le Groenland, où la route d'accès à l'aéroport d'Ilulissat, un village de pêcheurs inuits, connaît des problèmes d'écoulement d'eau. Avec son professeur de stage, Thomas Ingeman-Nielsen, de l'Université technique du Danemark, elle a posé son équipement de géophysique dans un petit bassin versant en zone de pergélisol, où l'eau était canalisée sous une route par un unique ponceau. Pendant deux semaines, elle a fait des relevés sur la résistivité électrique, la topographie, la température de l'eau, la conductivité thermique et le débit, et effectué des forages dans le pergélisol.

De retour au Québec, l'ingénieure analyse ses données de terrain avec des logiciels pointus de géophysique, gracieuseté de l'Université technique du Danemark. Elle mettra à profit l'expérience acquise sur le sol danois à ses deux sites d'étude canadiens, situés au Yukon et au Nunavik.