Scénarios sylvicoles dans la sapinière boréale : évaluation de leurs effets sur la conservation de la biodiversité 20 ans après coupe



Objectifs et problématique

L'aménagement écosystémique consiste à assurer le maintien de la biodiversité et de la viabilité des écosystèmes en diminuant les écarts entre la forêt aménagée et la forêt naturelle. L'objectif de cette étude était d'évaluer, à moyen terme (20 ans après coupe), le niveau de naturalité de peuplements issus des quatre scénarios sylvicoles les plus importants dans la sapinière à bouleau à papier de l'Est comparativement à des peuplements naturels qui ont pour origine une épidémie de tordeuse des bourgeons de l'épinette. La naturalité d'un écosystème représente le degré avec lequel un milieu se rapproche de son état naturel. Le plus grand impact sur la naturalité est causé par la récolte elle-même.

Résultats obtenus

La coupe avec protection de la régénération et des sols a altéré significativement le milieu (réduction du bois mort, enfeuillement) et d'une façon plus fondamentale que les altérations subséquentes associées aux traitements sylvicoles. La grande quantité de débris ligneux dans les peuplements naturels favorise le campagnol à dos roux et des assemblages de coléoptères saproxyliques distincts de ceux des peuplements récoltés. L'éclaircie précommerciale altère aussi la biodiversité des sapinières, avec un effet important sur le lièvre. Toutefois, ces impacts s'atténuent avec le temps. Les plantations avec dégagement mécanique ne semblent pas avoir eu d'effets plus importants que ceux associés à l'éclaircie précommerciale. Le fait que le sapin et les feuillus se soient maintenus dans les plantations à des niveaux importants pourrait expliquer la situation. L'épinette blanche est une espèce qui se régénère difficilement après coupe. La diminution des débris ligneux, microsite privilégié par l'épinette en forêt naturelle, en est une des causes.

L'enrichissement/regarni en épinette blanche est un traitement de reboisement qui allie des objectifs de restauration écologique et d'augmentation du taux de boisement. Nos travaux suggèrent que le regarni est un moyen efficace de réintégrer l'épinette blanche dans les peuplements de la sapinière boréale. Le scarifiage localisé ne semble pas requis pour assurer le succès de l'établissement des plants.

Chercheur responsable

Louis Bélanger, Université Laval

Équipe de recherche

  • Eliot McIntire, Université Laval
  • Jean-Claude Ruel, Université Laval
  • Bruno Drolet, EC
  • Marie-Ève Desmarais, SÉPAQ
  • Christian Hébert, Ressouces naturelles Canada
  • Marc Leblanc, MRNF
  • Nelson Thiffault, MRNF

Durée

2007-2010

Montant

225 000 $

Appel de propositions

Aménagement et environnement forestiers - III (1er concours)

Partenaires financiers

  • FRQNT
  • Ministère des Ressources naturelles et de la Faune