Spécificité des forêts primitives régionales en fonction des perturbations naturelles et implications pour l'aménagement écosystémique



La première des étapes à la mise en œuvre de l'aménagement forestier écosystémique (AFE) est une connaissance des régimes de perturbations et de leurs effets sur la dynamique des forêts.

Objectifs : 1) Caractériser le régime des feux d'un territoire d'environ 10 000 km2 situé dans la région 02; 2) Caractériser le régime de la TBE; 3) Évaluer l'influence de ces deux perturbations sur la composition et la structure des forêts primitives; 4) Évaluer les interactions qui existent entre les deux perturbations; 5) Déterminer les écarts entre les effets des perturbations naturelles et l'aménagement forestier et les implications de ces connaissances pour l'AFE.

Le cycle de feu pour la période 1734-2009 est estimé à 247 ans. Cette valeur est fortement influencée par quelques décades de grands feux : 2000, 1920, 1860, 1820. Nous avons observé une diminution générale du taux de brûlage de 1820 jusqu'à nos jours. La structure d'âge du paysage observée en 2009 présente de larges pans de vielles forêts (> 100 km2) répartis sur plus de 50 % de l'aire d'étude.

Pour ce qui est de l'ensemble de la période 1734-2009, les vieilles forêts ont représenté en moyenne 55 % de l'aire d'étude. Un aménagement écosystémique devrait ainsi viser le maintien des processus et des attributs typiques des vieilles forêts sur 55 % du paysage.

Les épidémies connues du 19e et 20e siècle sont présentes dans l'ensemble de la région, mais on observe un décalage temporel entre le nord et le sud. En général, on observe que les épidémies du 19e siècle sont plus facilement identifiables au nord qu'au sud. L'impact des épidémies de TBE est intimement lié au cycle de feu. Leur importance dans la dynamique des peuplements augmente avec le temps écoulé depuis le dernier feu. Aux alentours de 150 ans après le dernier feu, les peuplements commencent à s'ouvrir et la dynamique des peuplements est contrôlée par les épidémies de la TBE.

L'augmentation de la vulnérabilité des peuplements favorise la création de trouées suite au passage des épidémies, ce qui mène à la formation de la structure des vieilles forêts. Ces résultats sont indispensables pour entamer l'aménagement écosystémique de la région.

Chercheur responsable

Hubert Morin, Université du Québec à Chicoutimi

Équipe de recherche

  • Jacques Bélanger (Bowater Produits forestiers du Canada inc.)
  • Yves Bergeron (Université du Québec à Montréal)
  • Damien Côté (Ministère des Ressources naturelles et de la Faune)
  • Réjean Gagnon (Université du Québec à Chicoutimi)
  • Sylvie Gauthier (Service canadien des forêts, Québec)

Durée

2008-2011

Montant

225 000 $

Partenaires du projet

  • Ministère des Ressources naturelles et de la Faune

Appel de propositions

Forêt boréale au Saguenay-Lac-St-Jean