Stratégie d'aménagement visant la restauration du pin blanc et du chêne rouge dans les forêts feuillues de l'Outaouais



Objectif

Ce projet de recherche visait à mettre au point une stratégie d'aménagement écosystémique permettant d'assurer l'approvisionnement futur des usines de transformation en pin blanc et en chêne rouge.

Résultats obtenus

La première étape du projet consistait à déterminer la prévalence et l'abondance du pin blanc et du chêne rouge en Outaouais à l'époque précoloniale en utilisant les archives d'arpentage de cantons et de concessions forestières. L'analyse de ces deux sources de données a mis en évidence que le pin blanc couvrait tout l'Outaouais alors que le chêne rouge était surtout présent au sud du territoire et dans la vallée de la rivière Gatineau. Puisque ces résultats peuvent constituer des cibles de restauration des deux espèces, la deuxième étape visait à déterminer les traitements sylvicoles nécessaires pour maximiser la croissance et la survie des plantations. Pour des plantations réalisées sous un couvert partiel laissé par une coupe progressive d'ensemencement, il semble que le débroussaillage sans scarifiage ni brûlage soit une méthode à la fois efficace et financièrement acceptable pour la réussite d'une plantation de pin blanc ou de chêne rouge. Une des craintes liées à ces plantations est que leur croissance rapide soit accompagnée d'une baisse de la densité du bois. Toutefois, une étude comparative entre une plantation de chêne rouge et une forêt naturelle a montré qu'il n'y avait que très peu de différence de densité du bois, ce qui devrait rassurer les usines de transformation.

Finalement, le dernier volet de cette étude concernait la gestion des stocks sur pied en attendant que les mesures de régénération produisent du bois marchand. Dans le cas du chêne rouge, on récolte peu d'arbres lors des opérations de jardinage parce qu'il est rarement classé comme étant peu vigoureux.

Retombées escomptées

Nous proposons d'utiliser un critère de récolte basé sur le diamètre de façon à augmenter l'approvisionnement des usines de transformation sans compromettre le principe de rendement soutenu.

Chercheur principal

David Pothier, Université Laval

Équipe de recherche

  • Alexis Achim, Université Laval
  • Dominique Arseneault, UQAR
  • Frédérik Doyon, UQO
  • Yan Boucher, MFFP
  • Alain Cogliastro, Université de Montréal
  • Frédéric Raulier, Université Laval
  • Stéphane Castonguay, UQTR

Durée

2010-2013

Montant

215 000$

Partenaires financiers

  • Ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs

Appel de propositions

Aménagement et environnement forestiers - IV (1er concours)