Développement d'une approche durable de restauration progressive d'extrants miniers mixtes (stériles et résidus) des nouvelles mines du nord québécois; les espèces végétales indigènes à la rencontre des besoins des communautés cries

 

Chercheur responsable

Sébastien Roy, Université de Sherbrooke

 

Domaine : Environnement

Programme projet de recherche orientée en partenariat : Développement durable du secteur minier (3e concours)

Concours 2016-2017

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 299 969 $

Partenaire financier

  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

Partenaire du projet

  • Regénération
  • Arborinnov Inc.
  • Nemaska Lithium

Équipe de recherche

  • Jean-Philippe Bellenger, Université de Sherbrooke
  • Robert Bradley, Université de Sherbrooke
  • John William Shipley, Université de Sherbrooke
  • Sébastien Roy, Université de Sherbrooke

Objectifs

Ce projet de recherche vise à développer des techniques de gestion des résidus miniers qui proviendront du projet Whabouchi de Nemaska Lithium, au nord de Chibougamau. Les approches employées souscriront aux principes du développement durable et exploiteront les capacités naturelles du patrimoine végétal et microbien déjà présent dans cette région. Nous étudierons, pour mieux sélectionner les espèces végétales indigènes de cette région, pour les implanter sur les empilements de résidus mixtes (fins et grossiers) qui seront modelés par l'entreprise en fonction du paysage avoisinant. La séquence d'introduction des espèces, la densité des plantations et les associations microbiennes symbiotiques seront exploitées pour parvenir au redémarrage d'un écosystème autonome sur ces résidus.

Résultats attendus et retombées escomptées

Notre équipe de recherche composée d'écologistes, microbiologistes et biogéochimistes mettra à profit leur expertise en succession végétale, en biologie de la fixation d'azote et du CO2 atmosphérique et en interactions plantes-métaux pour former les spécialistes capables de transposer les techniques que nous développerons à d'autres sites miniers du nord québécois (sites actifs, fermés, orphelins).

Le projet répond à un problème pressant, celui de réhabiliter les sites miniers perturbés de manière écologiquement responsable, tout en étant économiquement faisable. Nous miserons entre autres sur des arbustes indigènes (les aulnes) capables de tirer de l'air l'azote qui est essentiel à leur survie. Ces aulnes fourniront au site un apport saisonnier en azote, permettant le développement d'autres espèces végétales. Le choix des espèces végétales à introduire sera fait en analysant les caractéristiques fonctionnelles (les traits fonctionnels) qu'ils arborent à proximité du site minier, dans la forêt naturelle et les affleurements rocheux. Ces traits nous permettront de prédire leur capacité à tolérer les conditions (sécheresse, etc.) qui pourraient prévaloir sur le dépôt de résidus miniers. Des assemblages de plantes avec « les bons » traits fonctionnels seront alors créés et évalués pour leur performance en survie et croissance. Tous ces choix seront faits pour préserver et ne pas nuire à l'utilisation actuelle du territoire pour la chasse et la trappe des Premières Nations sur ce territoire.

Nous produirons une stratégie de plantation intégrée qui sera implémentée de manière continue par Nemaska Lithium. La réhabilitation du site sera donc faite tout au cours de la vie de la mine, ce qui atténuera les impacts sur l'environnement et les populations locales; un modèle d'opération qui risque d'être adopté par d'autres entreprises. En effet, le passif environnemental et financier que constituent les résidus miniers non réhabilités peut être géré, avantageusement, à court terme pour accroître la compétitivité des entreprises face à la compétition internationale. Les techniques qui seront développées seront très peu coûteuses, ne nécessitant pas de préparation du site (amendements organiques). Ultimement, nous visons la revégétalisation efficace et à très faible coût des sites miniers actifs et orphelins au Québec.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.