Développement d'une approche méthodologique visant à intégrer les changements climatiques à la conception des ouvrages de rétention des résidus miniers et de restauration

 

Chercheur responsable

Bruno Bussière, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

 

Domaine : Ressources naturelles

Programme projet de recherche orientée en partenariat : Développement durable du secteur minier (3e concours)

Concours 2016-2017

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 300 000 $

Partenaire financier

  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

Partenaire du projet

  • Iamgold
  • Partenariat Canadian Malartic

Équipe de recherche

  • Michel Aubertin, École Polytechnique de Montréal
  • Isabelle Demers, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
  • Michael James, École Polytechnique de Montréal
  • Li Li, École Polytechnique de Montréal
  • Thomas Pabst, Norwegian Geotechnical Institute
  • Philippe Roy, Ouranos
  • Bruno Bussière, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Objectifs

Au Québec, le réchauffement climatique impliquera, dans les prochaines années, un accroissement des températures et des événements de précipitation moyens et extrêmes. Face à cette situation, le secteur minier québécois se doit de réagir rapidement et d'adapter certaines de ces approches actuelles afin de minimiser les risques environnementaux, économiques et sociaux. En raison d'une durée de vie plus longue (plusieurs centaines d'années) et sachant qu'aucun outil ne permet actuellement de prendre en considération les changements climatiques (CC) dès leur conception, le comportement post-exploitation des ouvrages de restauration et de rétention des résidus miniers (solide et liquide) est considéré comme l'une des principales menaces de l'industrie minière. L'augmentation de la durée des événements de sécheresse ainsi que de la fréquence et de l'intensité des précipitations (moyennes et extrêmes) pourrait effectivement conduire à un accroissement des risques environnementaux à long terme, soit à une diminution de la performance des méthodes de restauration et à un risque accru d'instabilité physique des parcs à résidus miniers. L'objectif général du présent projet consiste à proposer une approche méthodologique concrète permettant d'intégrer les CC dès la phase de conception des infrastructures minières méridionales du Québec. La proposition de travail vise à : identifier les conditions météorologiques futures permettant de prendre en considération l'augmentation de l'intensité et de la fréquence des événements extrêmes (précipitations et sécheresses); évaluer la performance des méthodes de restauration de plus en plus utilisées dans le sud du Québec (i.e., couvertures avec effets de barrière capillaire; recouvrement monocouche avec nappe surélevée) et des ouvrages de rétention dans le contexte des CC; évaluer l'impact des CC sur la gestion des eaux.

Résultats attendus et retombées escomptées

Les principaux résultats attendus sont : une amélioration des connaissances actuelles sur la performance à long terme des ouvrages de rétention et de restauration; la modification et le développement de critères de conception intégrant les CC; des propositions pratiques pour l'intégration des CC dans la conception des parcs à résidus miniers et des méthodes de restauration. Dans le cadre de ce projet, l'évaluation de l'impact des CC sur les ouvrages de restauration et de rétention des résidus miniers sera réalisée à partir d'études de cas concrètes en Abitibi-Témiscamingue (i.e., sites miniers Manitou, Doyon-Westwood, Lorraine et Canadian Malartic); les sites à l'étude sont sous la responsabilité des partenaires impliqués (Iamgold, Canadian Malartic GP) ou du gouvernement (MERN). Toutefois, l'approche méthodologique proposée sera applicable à d'autres sites au Québec. À la fin du projet, les gestionnaires des sites miniers pourront alors anticiper, dès la phase de conception, les effets des CC sur la performance et l'intégrité des infrastructures les plus vulnérables (i.e., parcs à résidus et méthodes de restauration), ce qui améliorera l'acceptabilité sociale des projets miniers actuels et futurs. L'implication des partenaires industriels et l'accès à des laboratoires à la fine pointe (UQAT, Polytechnique, Ouranos) garantira un environnement de recherche de grande qualité pour les étudiants formés dans le cadre de ce projet.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.