Développment des hybrides bifonctionnels pour le traitement du VIH latent

 

James L. Gleason

Université McGill

 

Domaine : nature et interactions de la matière

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2015-2016

VIH-1 appartient à la famille des rétrovirus, et au genre des lentivirus, responsable du SIDA, qui est un état affaibli du système immunitaire. Près de 40 millions de personnes à travers le monde sont infectées, et au Canada, il est recensé environ 4000 nouveaux cas d'infections par an. De nombreux antirétroviraux ont été développés, ciblant spécifiquement les étapes du cycle réplicatif et administrés en combinaison, ils permettent un traitement efficace, prolongeant la durée de vie des patients. Néanmoins, cette trithérapie ne permet pas d'atteindre les réservoirs viraux, cellules T infectées où le virus est dans une phase de latence. Le non-respect de l'observance vis-à-vis de cette thérapie résulte en une hausse de la charge virale. Plusieurs groupes ont mis en évidence que les inhibiteurs d'histone déacétylase (HDACi) peuvent réactiver le VIH-1 en latence dans ces réservoirs.

Ces résultats sont prometteurs quant à la possibilité d'éradiquer ces réservoirs viraux et de finalement aboutir à la guérison de l'infection par VIH-1. Le but de ce projet est de développer des molécules hybrides bi-fonctionnelles combinant l'activité des HDACi avec celles des antirétroviraux. L'hypothèse est qu'une thérapie optimale résulterait en l'administration d'un seul médicament pouvant à la fois réactiver le virus en latence mais aussi empêcher la propagation de l'infection. Nous nous attendons également à activer les mécanismes d'apoptose (programme de mort cellulaire) par cette thérapie, ce qui éventuellement permettrait à la cellule de s'acquitter de l'ADN viral.