Étude des mécanismes liant l'activité des cellules souches adultes au vieillissement en utilisant C. elegans comme organisme modèle

 

Patrick Narbonne

Université du Québec à Trois-Rivières

 

Domaine : organismes vivants

Programme : établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2017-2018

Le niveau d'activité des cellules souches adultes est régulé de façon systémique par des facteurs de croissances qui répondent principalement au statut nutritionnel, tel que l'insuline/IGF-1, qui va stimuler leur prolifération.

Nos récents travaux ont démontré que le niveau d'activité des cellules souches adultes tends cependant à diminuer avec l'âge dû, entre-autre, au vieillissement, sans que l'on comprenne encore pourquoi. Nous avons par le fait même, établi un système modèle avantageux, les cellules souches de la lignée germinale du nématode C. elegans, pour efficacement répondre à cette question.

Des résultats préliminaires suggèrent que la phosphatase PTEN, un important suppresseur de tumeur chez l'humain qui est requis pour inhiber la signalisation par l'insuline/IGF-1, relie aussi le rythme de prolifération, la rapidité d'exécution et la fidélité de la phase mitotique, ainsi que l'efficacité de différenciation des cellules souches, avec le vieillissement dans cet animal.

À travers une série d'expériences faisant principalement appel à la génétique réverse, à la transgénèse, au transfert cellulaire et à la microscopie à haute résolution, nous voulons mieux définir comment PTEN agit sur l'activité des cellules souches adultes en identifiant le site d'action et les cibles qui sont propres à chacun de ces trois processus.

Ces travaux serviront de base au fondement et au développement de futurs médicaments et/ou stratégies dans les domaines de la médecine régénératrice et de la cancérologie.