Études électromagnétique et géoélectrique de hautes puissances appliquées à la prospection de gîtes de sulfures massifs profonds et à la discrimination spectrale de différents types d'anomalies de chargeabilité électrique au Québec

 

Chercheur responsable

Marc Richer-Laflèche, Institut national de la recherche scientifique

 

Domaine : ressources naturelles

Programme projet de recherche orientée en partenariat : développement durable du secteur minier (2e concours)

Concours 2014-2015

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 183 000 $

Partenaire financier

  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

Partenaires du projet 

  • Durango Resources Inc.
  • Golden Hope Mines Limited
  • Les Mines J.A.G. Ltée
  • Uragold Bay Resources
  • Falco Resources Limited

Équipe de recherche

  • Nordine Bouzid, Secteur privé - Arizona
  • Li Zhen Cheng, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
  • Roger Guerin, Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie
  • Patrick Mercier-Langevin, Commission géologique du Canada - Québec
  • Fayçal Rejiba, Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie
  • Marc Richer-Laflèche, Institut national de la recherche scientifique
  • Cyril Schamper, Université Paris 6 - Pierre et Marie Curie
  • Scott Urquhart, Secteur privé - Arizona

Objectifs

Ce projet de recherche vise l'exploration minérale profonde de gîtes minéraux par des méthodes géophysiques électromagnétiques et géoélectriques, du domaine fréquentiel, essentiellement peu utilisées au Canada. Dans le cadre de ce projet, des équipes multidisciplinaires universitaires INRS-UQAT-UPMC et industrielle (Zonge International) collaboreront à la validation et à l'amélioration de méthodes électromagnétiques à champs lointain (MT-AMT-CSAMT), transitionnel ou proche (CSEM). Un aspect important du projet de recherche consiste en l'extraction et la quantification de la chargeabilité électrique qui est une constituante du signal CSEM enregistré sur le terrain.

Résultats attendus

La modélisation de la chargeabilité électrique, issue de la CSEM, devrait permettre de localiser des minéralisations profondes en terrains résistants jusqu'à ce jour non détectables par la faible pénétration verticale des levés de chargeabilité électrique réalisés dans le domaine temporel (TDIP). Des levés à forte pénétration verticale seront réalisés dans des secteurs hautement minéralisés des Appalaches (Cambrien-Dévonien), du Pontiac (Belleterre) et de l'Abitibi (Archéen). Ces travaux seront réalisés conjointement avec des études pétrophysiques détaillées d'échantillons provenant de carottes de forage, incluant entre autres, des mesures de résistivité complexe (signatures spectrales). En plus de la détection directe d'amas sulfurés, l'équipe s'attardera à l'étude des caractéristiques géophysiques et géologiques des unités encaissantes et des épontes altérées des gisements. Ces structures sont susceptibles d'être détectées à de grandes profondeurs et ce, indépendamment de la dimension des amas sulfurés.

Retombées escomptées

Ce projet de recherche devrait permettre la formation d'un groupe de recherche spécialisé en géophysique profonde minière. Le projet implique la formation d'étudiants gradués (doctorants), de stagiaires professionnels universitaires ainsi que de techniciens et professionnels nécessaires à la logistique et à la réalisation des levés géophysiques de terrain. Pour maximiser le transfert des connaissances vers l'industrie, des séminaires, de la formation continue et des participations à des colloques nationaux et internationaux sont prévus. Le groupe de recherche devrait produire de nouveaux algorithmes et logiciels permettant le traitement des données CSEM.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.