Extraction des terres rares au moyen de liquides ioniques

 

Daniel Guay

Institut national de la recherche scientifique

 

Domaine : ressources naturelles

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2012-2013

Les terres rares entrent dans la fabrication de nombreux produits de haute technologie. Ils représentent un enjeu économique et stratégique considérable. En 2004, la Chine, qui répond à plus de 96 % de la demande mondiale, a réduit ses exportations, ce qui a entraîné une hausse d'un facteur 10 du prix des terres rares. Dès lors, l'extraction et le recouvrement de terres rares à partir de sources de résidus miniers ont pris un essor considérable.

C'est le cas notamment des boues rouges, qui résultent de la transformation de la bauxite en alumine et qui contiennent entre 0,1 % et 1 % e terres rares. Plus récemment, la compagnie montréalaise Exploration Orbite, mettait en évidence la présence de terres rares (400 à 500 g/tonne) dans ses gisements d'argile alumineuse situés en Gaspésie, Les concentrations en terres rares de ces résidus miniers sont cependant faibles.

En conséquence, des moyens d'extraction spécifiques doivent être développés, ce qui peut être effectué au moyen de liquides ioniques dont le pouvoir d'extraction est plusieurs centaines de fois supérieur à celui des solvants conventionnels. Dans ce projet, l'extraction de terres rares en présence d'ions métalliques (Al, Fe, Ti, Ca et Si) sera optimisée en modifiant la structure moléculaire du liquide ionique et en greffant des liquide ioniques à la surface d'une phase solide (carbone ou silice). 

L'objectif de ce projet est de développer une chimie verte (liquide ionique) spécialement adaptée à l'extraction des terres rares à partir de certains des résidus miniers du Québec.