Fragilisation de la paroi algale dans une approche combinant l'hydrolyse enzymatique et l'utilisation d'équipements papetiers

 

Marc-André Déry

Cégep de Trois-Rivières

 

Domaine : énergie

Programme de recherche pour les enseignants de collège

Concours 2013-2014

Notre besoin en énergie est grandissant et les ressources utilisées à cette fin, essentiellement les carburants fossiles, sont limitées et plus dispendieuses d'années en années. Également, la combustion massive des carburants fossiles contribue fortement à l'augmentation des gaz à effet de serre. En réponse à ces contraintes, la fabrication de biocarburant à partir des microalgues (3e génération) est perçue comme étant une approche favorisant un développement durable et l'émergence d'une énergie renouvelable contribuant faiblement aux gaz à effet de serre. En effet, les microalgues ont la capacité de capturer du dioxyde de carbone, un gaz à effet de serre, afin de croître et de produire des molécules organiques importantes dont des lipides nécessaires à l'obtention de biodiésel, par exemple. De plus, les microalgues ne nécessitent pas de terres arables pour leur culture ni d'eau potable.

Cependant, des obstacles importants demeurent quant à la production massive de biocarburant obtenu à partir des microalgues. Les approches techniques associées à l'obtention de biocarburants de 3e génération (culture, récolte, déshydratation, extraction et purification des produits d'intérêt) engendrent des coûts élevés, sont inefficaces en raison des rendements obtenus et ne sont pas toujours applicables dans un contexte de production industrielle.

Le but du projet proposé est de réduire fortement les dépenses associées aux procédés d'extraction et d'obtenir un fort rendement de lyse cellulaire par l'utilisation combinée d'un système inductible de dégradation enzymatique et d'équipements papetiers.