Impact de la géochimie de l'uranium sur la signature isotopique : sources et attributions

 

Dominic Larivière

Université Laval

 

Domaine : environnement

Programme établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2011-2012

Le regain d'intérêt pour l'uranium suite à l'augmentation de sa valeur marchande et au renouveau nucléaire pourraient avoir des impacts environnementaux majeurs. Comme l'uranium peut être d'origine naturel ou anthropogénique, sa détection ne peut être automatiquement liée à une contamination, compliquant grandement l'attribution des sources d'origine. Les changements dans la signature de l'uranium, associés à des processus géochimiques, peuvent ainsi servir d'outil pour d'éventuelles attributions. Cependant, comme c'est le cas pour plusieurs métaux tel que le mercure, le cycle biogéochimique peut brouiller la signature isotopique. Peu d'information est disponible sur l'impact des processus biogéochimiques sur la signature isotopique de l'uranium.

Ce projet de recherche vise à mieux comprendre certains de ces processus pour l'uranium. Le premier projet vise à déterminer les paramètres de complexation cinétique pour l'uranium avec des substances humiques (SH) modèles et d'autres provenant du bassin versant du St-Laurent. À l'aide de la spectrométrie de masse et de la chromatographie d'exclusion diffusion, il sera possible d'estimer l'impact de l'interaction uranium-SH sur son isotopie. Le deuxième volet vise à déterminer si la composition isotopique de l'uranium dans des invertébrés benthiques peut être reliée à celle des média dans lesquels ils vivent. Ces études uniques permettront de mettre en évidence des changements isotopiques pour l'uranium encore à démontrer et qui permettront de mieux évaluer l'impact de notre utilisation de l'uranium sur l'environnement.