Impact des changements climatiques sur la structure et la fonction des communautés phylogénétiques

 

Thomas Jonathan Davies

Université McGill

 

Domaine : environnement

Programme établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2014-2015

Nous vivons dans une ère de changements globaux sans précédent, auxquels les plantes et animaux répondent déjà de plusieurs façons : i) les espèces changent leur distribution pour trouver des environnements favorables; ii) elles ajustent leur phénologie; iii) lorsque les changements environnementaux dépassent la capacité des espèces à effectuer les changements dans le temps ou l'espace, la taille des populations diminue d'autant plus rapidement que les espèces ne sont pas adaptées aux conditions locales, amenant des phénomènes d'extinction locaux ou globaux.

Les espèces faisant partie d'un réseau complexe d'interactions entre communautés, il est difficile de prédire les réponses des écosystèmes. Jusqu'à présent les réponses aux changements environnementaux ont été modélisées au niveau de chaque espèce, individuellement. Je propose de considérer les réponses des communautés entières.

Cette recherche utilisera des marqueurs moléculaires pour reconstruire les relations évolutives entre les espèces de communautés de plantes, en se concentrant sur le subarctique canadien. Le subarctique représentant un système unique par rapport à sa sensibilité aux changements climatiques, il peut fournir un indicateur précoce aux changements pour suivre des environnements moins touchés.

Grâce aux progrès théoriques dans le domaine de la phylogénétique des communautés et de l'écologie spatiale, je décrirai la structure évolutive et les changements de composition des communautés le long d'un gradient environnemental à l'interface toundra-forêt et explorerai l'impact des changements climatiques.