L'atténuation des effets en bout d'aile à l'aide de géométries multi-échelles

 

Jovan Nedic

Université McGill

 

Domaine : techniques, mesures et systèmes

Programme : établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2017-2018

Au sein de l'industrie de l'aviation, il y a une poussée considérable pour réduire les niveaux de bruit et la consommation de carburant (donc des émissions de CO2) dans un effort pour rendre l'industrie plus respectueuse de l'environnement.

En 2015, Air Canada a brûlé 3,8 milliards de litres de carburant, à un coût d'environ 2,2 milliards de dollars. On peut facilement voir comment même un réduction de 1% dans la consommation de carburant créerait une économie importante dans l'industrie aérospatiale.

Les économies de carburant proviennent généralement de deux domaines clés ; la réduction de la traînée ou une réduction de poids. En dehors de la traînée générée par le frottement de surface, une autre source cruciale de génération de traînée dans l'aérospatiale provient de tourbillons au bout de l'aile, qui sont formés en raison de la différence de pression autour d'une aile et sont donc une conséquence inévitable de l'aérodynamique de l'aile. Ces tourbillons sont extrêmement cohérents et durs pour des distances considérables en aval si bien que des lignes directrices de l'aéroport existent pour l'espacement des aéronefs à l'approche et la terre pour atténuer l'impact de ces structures tourbillonnaires.

Le projet de recherche proposé étudiera l'utilisation de géométries multi échelles découpées directement dans le bout de l'aile (où ces tourbillons sont formés) dans l'espoir de diminuer la cohérence de ces structures et nous espérons augmenter la vitesse à laquelle ils se dissipent. Nous allons étudier les performances aérodynamiques (portance, la traînée et des moments) de ces concepts, ainsi que de prendre les mesures détaillées de turbulence et vorticité de la pointe de vortex pour déterminer comment les propriétés clés du vortex ont été modifiés par les géométries.