L'origine de la rhyolite souterraine active dans la caldeira de Krafla

 

Kim Berlo

Université McGill

 

Domaine : ressources naturelles

Programme : Établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2016-2017

Magma est normalement étudié dans sa forme refroidi comme une roche cristalline ou en verre. Dans des conditions de laboratoire ces roches peuvent être chauffée et pressurisée pour simuler les conditions naturelles du sous-sol. Le forage fortuite dans une caldeira géothermique actif à Krafla (Islande) à exploiter fluide supercritique en 2008 a, pour la première fois, permis d'étudier magma actif in situ. Cependant la composition rhyolitique de ce magma dans une caldeira largement basaltique a soulevé de nombreuses questions. Est ce réservoir une liquide résiduelle formé après cristallisation fractionnée ou par fusion partielle de la roche? A-t-il formé in situ ou a-t-il voyagé à partir d'un magma profond? Quand a-t-il intrudé ou fusionné? Quelle est sa taille (il est resté non détecté dans un des zones le mieux surveillé du monde)? Quelle est la nature de l'interface? Pourquoi n'a-t-il pas éclaté?

Pour répondre à certaines de ces questions cette proposition vise à étudier les déblais de forage et le noyau du magma active, et à les comparer aux rhyolites âgées dans et autour de la caldeira. Éléments majeur, en trace et volatils de ces roches et ses minéraux seront déterminés à tirer leur pétrogenèse et établir des liens possibles entre les rhyolites. Géothermobarométrie en combinaison avec les substances volatiles dans des verres établira la profondeur à laquelle ces rhyolites avaient équilibrés avant l'éruption. La modélisation de la diffusion sera utilisée pour évaluer l'étendue de l'interaction entre la masse fondue/les masses fondues et les roches encaissantes, et son échelle de temps. Une comparaison détaillée entre les rhyolites va aider à élucider l'origine de rhyolite et le danger potentiel qu'il représente.