La géolocalisation par GPS : un nouvel outil de recherche pour l'étude des sources alimentaires et environnementales des contaminants d'intérêt émergent chez les oiseaux aquatiques

 

Jonathan Verreault

Université du Québec à Montréal

 

Domaine : environnement

Programme établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2011-2012

Les oiseaux aquatiques sont continuellement exposés dans leur écosystème à une multitude de nouvelles substances chimiques tels les contaminants organohalogénés couramment utilisés dans nos produits de consommation (plastiques, textiles, etc.). Ces polluants d'intérêt émergent incluent, entre autres, les nouveaux ignifuges (ou retardateurs de flamme) destinés à remplacer certains mélanges des polybromodiphényléthers récemment bannis au Canada. Il existe présentement un manque criant d'information au Canada à ce qui a trait au comportement et aux effets toxicologiques des nouveaux ignifuges, plus particulièrement chez les oiseaux aquatiques occupant les maillons supérieurs de la chaîne alimentaire et qui fréquentent des écosystèmes fortement pollués. Le projet proposé tentera de pallier à ce manque d'information en étudiant les abondantes populations de goélands à bec cerclé qui nichent dans le Fleuve Saint-Laurent à proximité de la grande région de Montréal.

L'objectif principal de ce projet est d'étudier les sources (alimentaires, environnementales) et la trophodynamique (transfert des contaminants dans la chaîne alimentaire) des nouveaux ignifuges chez les oiseaux durant la reproduction. Nous proposons d'étudier les mouvements détaillés et le régime alimentaire des oiseaux en ayant recours à une nouvelle technologie GPS miniature. Cette technique novatrice nous permettra de valider l'approche des traceurs écologiques basée sur les isotopes stables de carbone et d'azote. Nous établirons des liens avec les concentrations des ignifuges quantifiées dans les tissus des oiseaux.