Liens inter-habitats dans les réseaux trophiques des lacs : quelle est l'influence des forces anthropiques et naturelles sur l'utilisation des ressources et la production des consommateurs?

 

Christopher Solomon

Université McGill

 

Domaine : environnement

Programme établissement de nouveaux chercheurs universitaires

Concours 2011-2012

Les mouvements des matières organiques entre des habitats créent des liens entre les consommateurs dans un habitat et les producteurs primaires dans un autre. Ces liens sont répandus dans les systèmes naturels et la théorie laisse à penser qu'ils peuvent avoir une forte influence sur la dynamique des populations. Malheureusement, les tests empiriques rigoureux de ces théories sont rares. Nous devons améliorer notre connaissance de ces liens, d'autant plus que les changements de l'environnement modifieront souvent ces liens inter-habitats.

Dans l'étude proposée, je m'appuie sur les récents progrès dans le domaine de l'analyse dans le but de tester explicitement ces idées dans cinq lacs du sud du Québec. Ces lacs reçoivent des apports variables de matières terrestres, ce qui établit de forts gradients dans la disponibilité relative des ressources en provenance de différents habitats. Je mesure la production secondaire du zoobenthos ainsi que leur utilisation des ressources dans chacun des lacs. J'utilise ensuite des modèles statistiques classiques et bayésiens en vue de fournir des nouveaux tests pour les relations entre la disponibilité des ressources, l'utilisation des ressources, et la production secondaire.

Le présent projet sera mené dans le milieu de recherche du réseau de limnologistes GRIL. Il offrira une formation de grande qualité à au moins un étudiant de 2e cycle et deux étudiants de 1er cycle. En outre, le travail permettra d'orienter la gestion des réseaux trophiques et des pêches en eaux douces du Québec en dépit des variations de l'environnement.