Mise en valeur des traits fonctionnels et de la rusticité du bleuet nain pour améliorer son rendement au Saguenay–Lac-St-Jean

 

Chercheur responsable

Robert L. Bradley, Université de Sherbrooke

 

Domaine : ressources naturelles

Programme projet de recherche orientée en partenariat : agriculture nordique

Conours 2014-2015

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 85 000 $

Partenaire financier

  • Fonds de recherche agroalimentaire axée sur l'agriculture au Saguenay–Lac-St-Jean

Autres sources de financement

  • Université de Sherbrooke
  • Subvention Découverte CRSNG
  • Centre d'Étude de la Forêt
  • Agriculture et Agroalimentaire Canada
  • Centre SÈVE
  • Université du Québec à Chicoutimi

Équipe de recherche

  • Robert L. Bradley, Université de Sherbrooke
  • Jean Lafond, Centre de recherche et de développement sur les sols et les grandes cultures
  • Maxime Paré, Université du Québec à Chicoutimi

La production et commercialisation du bleuet sauvage est une activité économique importante au Saguenay–Lac-St-Jean (SLSJ). La particularité de cette production à fort caractère régional relève du fait que les fruits sont produits par des plantes sauvages plutôt que par des lignées améliorés pour des conditions de culture agricole conventionnelle. Il est donc primordial de considérer les traits fonctionnels du bleuet nain et de profiter de sa rusticité afin d'améliorer ses rendements sur les aires de productions commerciales.

Objectifs

Le présent projet de recherche comporte 3 objectifs qui sont chacun rattachés à une problématique de production spécifique au SLSJ. Premièrement, nous allons développer des techniques novatrices pour favoriser la recolonisation du bleuet nain dans les zones dépéries des bleuetières. Deuxièmement, nous allons développer des prescriptions de fertilisation optimale en tenant compte des préférences nutritionnelles et du % de recouvrement de la végétation compétitrice au bleuet. Troisièmement, nous allons mettre en évidence les relations entre l'architecture de haies brise-vents, l'accumulation de neige en hiver et les rendements des bleuetières à l'été.

Résultats attendus

Comme résultats, nous prévoyons démontrer qu'un humus forestier partiellement décomposé, ainsi qu'une luminosité temporairement réduite à 60–80%, favoriseront la propagation de nouveaux rhizomes et la production de nouvelles tiges de bleuets. Nous nous attendons également que cette recolonisation des zones dépéries en bleuets soit meilleure dans les zones d'influence des clôtures à neige et dans les dunes reprofilées. Deuxièmement, nous prévoyons démontrer que l'ammonium sulfaté est propice aux rendements du bleuet lorsque la végétation compétitrice est faible, alors qu'un amendement de compost forestier favorise le bleuet davantage lorsque la végétation compétitrice est forte. Troisièmement, nous prévoyons démontrer que les haies brise-vent qui ont une porosité minimum de 50% puissent augmenter les rendements de bleuets sur une distance de 20x la hauteur de la haie.

Rétombées escomptées

Ce projet aura des retombées positives pour les producteurs du SLSJ, en démontrant une façon efficace de recoloniser les zones dépéries en bleuet, en faisant la mise au point d'une fertilisation qui favorise le bleuet au dépens des mauvaises herbes, et en optimisant les facteurs agro-climatiques qui influencent les rendements du bleuet. De plus, ce projet aura des retombées positives pour la capacité de recherche en région, en dynamisant le nouveau "Programme universitaire en agriculture nordique" de l'UQAC, en formant 2 étudiants MSc spécialisés en production du bleuet nain au SLSJ, et en créant des interactions et des synergies avec les producteurs et les intervenants principaux.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.