Optimisation de la production de rejets désulfurés en vue de leur valorisation dans la restauration de sites miniers

 

Chercheur responsable

Isabelle Demers, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

 

Domaine : Ressources naturelles

Programme projet de recherche orientée en partenariat : Développement durable du secteur minier - Valorisation des résidus miniers

Concours 2016-2017

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 210 000 $

Partenaire financier

  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

Partenaire du projet

  • Iamgold Mine Westwood

Équipe de recherche

  • Mostafa Benzaazoua, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
  • Sylvain Lortie, Iamgold Mine Westwood
  • Mamert Mbonimpa, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue
  • John Molson, Université Laval
  • Thomas Pabst, École polytechnique de Montréal
  • Isabelle Demers, Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue

Objectifs

L'exploitation minière génère plusieurs types de résidus solides dont les rejets de concentrateur qui contiennent souvent des sulfures pouvant entraîner la génération d'effluents contaminés par le drainage minier acide (DMA). La désulfuration environnementale, proposée comme approche de valorisation des rejets afin de réduire les impacts environnementaux des opérations minières, vise à retirer la majeure partie des sulfures présents dans ces rejets pour produire un rejet désulfuré (non générateur de DMA) et un concentré de sulfures. Les rejets désulfurés pourraient être valorisés comme matériau de recouvrement dans la restauration des parcs à rejets pour prévenir la formation de DMA. Des études récentes ont montré que si le niveau de désulfuration est suffisant, les rejets désulfurés sont chimiquement appropriés pour être utilisés comme matériau de recouvrement. Toutefois, pour qu'un matériau soit utilisé comme recouvrement, il doit être chimiquement approprié et posséder les propriétés hydrogéologiques adéquates. Il n'est donc pas suffisant de s'assurer de désulfurer suffisamment les rejets, il faut que le procédé de désulfuration produise un rejet qui corresponde aux critères hydrogéologiques d'un recouvrement (faible perméabilité, capacité de rétention d'eau élevée).

L'objectif principal du projet est de valoriser les rejets désulfurés comme matériau de recouvrement et de s'assurer de l'efficacité à long terme des recouvrements faits de rejets désulfurés. Les objectifs spécifiques sont :

1) Étudier la relation entre les paramètres hydrodynamiques de la flottation et les propriétés hydrogéologiques des rejets désulfurés;

2) Prédire le comportement hydrogéochimique à long terme des rejets désulfurés valorisés comme recouvrement;

3) Évaluer l'applicabilité de la désulfuration, avec ou sans récupération de valeurs économiques, dans la restauration d'anciens sites miniers.

Résultats attendus et retombées escomptées

Ce projet identifiera les facteurs à considérer dans la désulfuration afin de s'assurer de produire un rejet désulfuré qui aura les propriétés hydrogéologiques et géochimiques requises pour agir en tant que matériau de recouvrement à long terme. Un code numérique sera adapté pour simuler le comportement hydrogéochimique des matériaux désulfurés. Les entreprises minières seront mieux outillées pour produire un rejet désulfuré en vue de sa valorisation dans la restauration, autant pour des sites actifs que fermés.

Ce projet de recherche est une collaboration entre l'Université du Québec en Abitibi-Témiscamingue (UQAT), l'École Polytechnique de Montréal, l'Université Laval et Iamgold mine Westwood. Il permettra de former des étudiants aux trois cycles universitaires à l'UQAT, au cœur d'une région minière où les résultats de la recherche pourront être appliqués rapidement.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.