Préparation et évaluation de matrice extra-cellulaire de peau d'axolotl pour l'induction de la régénération chez les mammifères

 

Stéphane Roy

Université de Montréal

 

Domaine : organismes vivants

Programme projet de recherche en équipe

Concours 2015-2016

L'existence d'organismes (par exemple les salamandres tels les axolotls et tritons) capables de régénérer des tissus complexes suivant une amputation ou des blessures a suscité l'intérêt de la communauté scientifique depuis des centaines d'années.

Le groupe du Dr Roy a démontré que les axolotls peuvent également guérir leur peau parfaitement suite à une blessure. Au cours des 10-12 dernières années, plusieurs travaux de recherche ont démontré que l'application d'une matrice de collagène dérivée de tissu comme la peau ou la vessie peut accélérer le processus de guérison et même de stimuler partiellement la régénération chez des modèles qui ne régénèrent pas normalement.

Par contre, jusqu'à maintenant aucune de ces matrices n' a réussi à faire régénérer un tissu complètement ou même faire guérir la peau sans cicatrisation fibreuse. Comme l'axolotl est capable de régénérer et guérir parfaitement, nous proposons de préparer des matrices à partir de la peau de l'axolotl dans le but de tester leurs capacités à stimuler la régénération chez les mammifères (modèles qui ne régénèrent pas). Il est connu que les matrices extracellulaires sont des réservoirs important pour de nombreux facteurs de croissance et protéines qui peuvent influencer plusieurs processus comme la guérison, la régénération et l'inflammation.

Cette étude, en plus de nous aider à mieux comprendre le rôle fondamental de la matrice extracellulaire dans la régénération, pourrait également mener au développement de nouveaux biomatériaux d'intérêt avec un fort potentiel commercialisable.