Production de concentrés de phosphates et de magnétite à partir des résidus miniers du concentrateur de la mine Niobec

 

Chercheur responsable

Claude Bazin, Université Laval

 

Domaine : Ressources naturelles

Programme projet de recherche orientée en partenariat : Développement durable du secteur minier - Valorisation des résidus miniers

Concours 2016-2017

Durée du projet : 3 ans

Budget total accordé au projet : 75 000 $

Partenaire financier

  • Ministère de l'Énergie et des Ressources naturelles

Partenaire du projet

  • Mine Niobec

Équipe de recherche

  • Dominic Downey, Mine Niobec
  • Faïçal Larachi, Université Laval
  • Claude Bazin, Université Laval

Objectifs

La mine Niobec est située à 20 kilomètres au nord de la ville de Chicoutimi. La mine extrait un minerai qui est traité dans un concentrateur pour retirer des minéraux porteurs de niobium, un élément qui entre dans la fabrication d'aciers spéciaux. Le traitement de cent tonnes de minerai produit plus de quatre-vingt-dix-neuf tonnes de rejets qui sont envoyés dans un parc à résidus.

Les rejets de l'usine contiennent entre 6 et 9 % d'apatite, un minéral exploité pour son contenu en phosphate (P2O5) et utilisé dans l'industrie de la fabrication des engrais chimiques. L'objectif du projet est de mettre au point un procédé pour valoriser l'apatite des rejets de l'usine afin de produire un concentré d'apatite pouvant être vendu aux usines de production d'engrais. La récupération de l'apatite des rejets va laisser un résidu riche en minéraux de carbonates qui pourraient servir comme agents neutralisants dans les champs ou pour les résidus générateurs d'acide des parcs à résidus des mines de minéraux sulfurés. La récupération de l'apatite permettrait de réduire le volume de résidus envoyés dans le parc de Niobec, de réduire les risques d'une contamination des eaux du parc à résidus par le phosphate et de générer un revenu supplémentaire pour la mine qui pourrait payer pour les coûts reliés à la production du concentré d'apatite. Le principal avantage à traiter les rejets du concentrateur réside dans le fait que ces rejets sont déjà broyés et prêts à être soumis à des étapes de valorisation.

Résultats attendus et retombées escomptées

La méthode de valorisation qui est considérée dans le cadre du projet est la flottation. La flottation est bien adaptée aux minéraux fins. Toutefois, les minéraux présents dans les rejets compliquent la séparation sélective de l'apatite des autres minéraux. En effet, l'apatite est dans une gangue de calcite qui se comporte comme l'apatite. Il faut par conséquent trouver des combinaisons de réactifs, collecteurs et déprimants, qui permettent  la récupération sélective de l'apatite. Une fois ces conditions trouvées, le projet va produire des données cinétiques permettant de modéliser le procédé de flottation de l'apatite afin de concevoir un circuit de flottation par simulation. La simulation va permettre d'évaluer le potentiel économique de l'opération d'un circuit de valorisation des résidus en fonction des coûts d'opération et en capital.

Appel de propositions

Pour consulter l'appel de propositions, cliquez ici.