Vérifier les détecteurs de fumée grâce à l'hélium



Les municipalités québécoises déclarent en moyenne 16 500 incendies par année, soit 45 par jour. Trop souvent, des détecteurs de fumée et des systèmes de protection défectueux causent des pertes matérielles et humaines importantes. D'où l'importance de vérifier régulièrement leur état.

Les municipalités québécoises déclarent en moyenne 16 500 incendies par année, soit 45 par jour.

Dans les immeubles à logements ou les tours de bureaux, la vérification des détecteurs de fumée et des gicleurs se fait à l'aide de fumée chaude. Ce test consiste à faire brûler un carburant dans un réservoir pour produire un flux de fumée flottant qui imite un incendie réel. Cette procédure est toutefois coûteuse, car la fumée peut endommager certaines parties du bâtiment.

Liangzhu (Leon) Wang, professeur au Département de génie du bâtiment, civil et environnemental de l'Université Concordia, propose une approche plus sécuritaire, moins coûteuse et plus pratique : un test de fumée à l'hélium qui utilise un mélange d'hélium, d'air et de fumée artificielle, comme celle que l'on utilise dans les discothèques ou au cinéma.

Avec son équipe du Centre d'études sur le bâtiment à consommation nulle d'énergie, il travaille à trouver la bonne recette pour générer une fumée artificielle qui a les mêmes caractéristiques que celle qui est émise par un véritable incendie. La quantité de fumée, mais aussi sa température, sont des paramètres importants pour déclencher des gicleurs, par exemple. Les chercheurs ont donc mené des tests à échelle réduite en laboratoire avec différentes quantités de gaz. Ils ont notamment utilisé des lasers pour mesurer la densité de la fumée.

Ils ont ensuite développé des modèles numériques pour comparer les deux types de fumée et faire des simulations dans un immeuble virtuel. Les résultats concluants qu'ils ont obtenus ont amené Liangzhu Wang à tenter de trouver des bâtiments réels pour réaliser un essai à grande échelle. Parallèlement, le chercheur tente de trouver une solution de rechange à l'hélium, un gaz devenu rare et cher.