Mieux gérer l'eau grâce aux vers de terre



Les jardiniers et les agriculteurs vous le diront : les vers de terre sont leurs alliés, car en creusant leurs tunnels, ils labourent et aèrent le sol. Mais ils font bien plus que cela, comme le révèlent les travaux de Joann Whalen, professeure et chercheuse au Département des sciences des ressources naturelles à l'Université McGill.

Dans les sols argileux, les galeries creusées par les vers de terre facilitent le drainage et dminuent le reuissellement de surface. 

La scientifique a utilisé les vers de terre et leurs tunnels pour valider des modèles des cycles de l'eau et des nutriments dans différents champs du sud du Québec, dont plusieurs sont très argileux en profondeur. Ce type de sol constitue un défi : au printemps, il retient tellement bien l'eau qu'il est difficile à labourer travailler. Les agriculteurs doivent donc recourir à un système de drainage artificiel pour sortir le trop-plein d'eau du champ. Le hic, c'est qu'une bonne partie de l'engrais nécessaire aux plantes est alors évacué et se retrouve souvent dans les cours d'eau environnants où certains éléments, comme le phosphore, contribuent à la formation excessive d'algues.

Joann Whalen et son équipe ont donc ramené en laboratoire des échantillons de terre. Ils les ont arrosés avec de l'eau colorée pour suivre et quantifier le transport de l'eau et des nutriments. Ils ont alors constaté que, dans les sols argileux, les galeries creusées par les vers de terre facilitent le drainage et diminuent le ruissellement de surface. Inversement, quand il y a peu ou pas de vers de terre, l'eau s'infiltre moins bien et il y a plus de perte de nutriments par ruissellement.

À la lumière de ces constats, la chercheuse recommande aux agriculteurs de laisser un lopin de terre non cultivé entre le champ et le drain agricole, pour faire en sorte que cette zone tampon capte des nutriments. Elle suggère également d'ajouter de la matière organique pour attirer le plus de vers de terre possible – ils adorent les résidus organiques ! – et de limiter le travail de compactage du sol pour préserver leurs tunnels, qui font office de système de drainage naturel.